En arrivant au cinéma "Domino" de Brian de Palma. En salles depuis le 11 juillet

Omino
Réalisé par Brian de Palma, avec Nikolaj Coster-Waldau, Carice van Houten, Guy Pearce, Søren Malling, Paprika Steen, Eriq Ebouaney, Thomas W. Gabrielsson

Il l'a dit déjà dans les années 1960, et qui sait s'il savait qu'il regardait si loin. La mort et le voyeurisme sont presque toujours allés de pair au cinéma de Brian De Palma. La réalité que nous vivons (et considérant, entre l'horreur et l'excitation) lui a donné raison. Lui, l'auteur de Carrie, Blow Out, habillé pour tuer et Meurtre à la lumière rouge, avec ce film en proie à des accidents et à une myopie productive, la réalité se termine (à sa manière) et la ramène au cinéma.

Nikolaj Coster-Waldau, détective de Brian De Palma dans le film "Domino" (photo de Rolf Konow).

Un officier de police danois poursuit un terroriste possible, s’accrochant d’abord à une plate-forme puis sur une route menant à une Plaza de toros à Almeria. Pendant ce temps, les attaques de cellules djihadistes (y compris sur le tapis rouge lors d’un festival du film), vidéos selfies et envoyé en direct avec des victimes et des amendes dans écran partagé. Il n'a pas pu choisir un thème plus chaud (le destin de l'Europe face à la menace terroriste) et un style plus vintage (un film de B-Bond avec des stars de la télévision) pour parler une fois de l'effusion de sang entre image et horreur. Mais si ces terroristes sont une nouvelle génération effrayante de cinéastes, que sommes-nous devenus?

Laisser un commentaire